compteur

lundi 9 mai 2011

VIEILLIR

Si je dis qu'il y a un mois seulement que j'ai septante-sept ans, est-ce par coquetterie? Septante n'est pas employé en France ; nous disons soixante-dix. Alors pourquoi me mettre à utiliser ce que nous considérons ici comme un archaïsme?


Eh bien, précisément, pour marquer mon vieillissement. Celui dans lequel les autres me placent. Car, être vieux, se fabrique principalement dans le regard que les autres portent sur vous. Et ce jugement vient heurter mon sentiment, l'impression que j'éprouve à voir avancer les années avec, certes, quelques désordres, mais aussi des qualifications nouvelles ou qui se perfectionnent. Je suis, depuis plus de six mois que nous avons entrepris la rénovation complète de notre maison, un véritable travailleur manuel œuvrant sans relâche pendant huit à dix heures par jour. Ah! j'ai bien eu une crise d'arthrose abominable qui m'a empêché de marcher pendant quinze jours. Mais c'était bien parce que je n'avais pas su doser mes efforts.

L'ennui, dans le vieillissement, c'est bien le regard des autres. S'est forgée en eux une catégorisation en vogue, celle qui a cours dans les médias, dans les plans que mettent en place les services sociaux et politiques. Vous avez tel âge? Donc vous appartenez à la catégorie des personnes du troisième âge, voire du quatrième et même plus. On ne vous définit plus en fonction de votre capacité à réaliser vos désirs. Il vous devient interdit de vous intéresser à ceci, à cela qui sont des domaines dans lesquels les jeunes s'arrogent le droit de tout savoir et vous plus rien. Vous voyez bien que vous n'êtes plus au courant, que vous avez du mal à comprendre et à accepter tels ou tels autres comportements et choix qui ne peuvent être que les attributs de la jeunesse.

Les autres, y compris vos proches, vous mésestiment, vous rangent dans une catégorie-placard, vous dénient toute aptitude. Vous êtes peu à peu dévalorisé, disqualifié. Vous n'avez qu'à dormir au coin du feu et ressasser vos gloires passées.

Alors que vieillir, s'ils savaient, est un ravissement sublime. Tout d'abord, vous devenez - les tracas de santé s'ajoutant - un humain augmenté, c'est-à-dire un être qui est doté de prothèses, qui est scientifiquement contrôlé, évalué dans le domaine biologique. Les drogues que vous ingérez font battre votre cœur normalement, maintiennent votre tension dans les normes, régulent votre glycémie, votre cholestérol. Sur le plan intellectuel, vous avez toute votre lucidité (et le temps aussi!) de creuser le domaine musical. Vous pouvez écrire un roman et le voir être édité.

Et puis surtout vous vous émerveillez de tout! D'une enfant jouant sur son piano le Clair de lune de Debussy que vous partagez avec elle en frémissant ensemble aux endroits de la partition qui vous rassemblent dans le même émoi. Mais tant de choses peuvent venir à vous qui êtes centré sur le monde et les autres pour réchauffer vos désirs, édifier vos projets.

Tiens, ces temps-ci, pour rompre pendant quatre à cinq jours avec le chantier qui nous happe, j'ai faim de Chambord, je veux goûter aux vins de Loire sur les bords de ce fleuve changeant au long duquel la France s'est construite.

Et je ferais la nique, depuis l'escalier extérieur du château de Blois, à tout ceux qui raisonnent par catégories, statistiques en racornissant leur cerveau par l'usage de ces trucs bidons qui les empêchent de penser, d'aimer, d'être.

Le vieux vous salue bien!

4 commentaires:

  1. Bienvenue au club, mon frère!:-))

    RépondreSupprimer
  2. bonjour,desolée de venir si peu souvent,mais ,plein de problèmes,comme tout le mode!!!
    je viens de lire ton article,le problème que j'ai moi avec mon age,c'est queje n'y fais pas attention et que je me sens en pleine ,forme,mes enfants ,eux non,on me dorlote ,on ,m'invite,on me poupoune,et cela m"enerve
    je suis bien dans mon age et dans ma tete,je vis tout en me disant que le peu que je grapille ,c'est des souvenirs ,pour qd je serais tres!!tres!!vieille
    j'aimerais juste que ma famille,et les autres!!! comprennen, que l'age c'est un chiffre ecris sur un bout de papier,
    bravo à toi et amitié

    RépondreSupprimer
  3. Chére amie Quinquabelle, merci de t'être arrêtée quelques instants chez moi. Oui, tous nous vieillissons mais tu es loin de te trouver dans la même tranche d'âge que moi, tu as encore de belles années devant toi.
    Ce qui me gène le plus en ce moment c'est que, idiot, je n'ai pas mesuré mes forces dans les travaux entrepris chez nous. Il eût fallu être sage et ça, je ne sais pas le faire. Mes jambes ont accusé le coup : tendinite, arthrose, etc. Mais je ne veux pas pleurer : j'ai trop à faire avec la parution de mon roman. Et là, c'est un domaine où je n'ai plus d'âge car je regarde en avant, pris par le tourbillon de l'édition. Je vais venir t'en parler sur ton blog.
    Merci d'être de temps à autre présente : ça réchauffe.
    Georges

    RépondreSupprimer
  4. Chère Maguy,
    Vrai: l'âge ce n'est qu'un chiffre écrit sur un bout de papier. Je te remercie de cette amitié qui réchauffe et que tu veux bien m'accorder. Oui, nous avons tous nos occupations. Moi, par exemple, j'ai été dépassé par tous les travaux entrepris en même temps dans notre maison. J'ai voulu tout faire à la fois et il m'en reste encore. Mais là, maintenant, je suis cool. Je m'occupe plutôt de mon livre, un roman qui vient d'être édité et lancé sur le web. Je biche, tu peux pas savoir. C'est donc que je n'étais pas si vieux que ça!
    Encore tout mon soutien pour toi, Maguy. Et tu sais pourquoi je te dis cela, mon amie.

    RépondreSupprimer